Pourquoi privilégions-nous les circuits courts ?

logo pour les circuits courts

Aujourd’hui on entend beaucoup parler de circuit court ! Mais qu’est ce que c’est réellement qu’un circuit court ? Quels sont les avantages pour nous consommateurs de passer par des circuits courts ? Et surtout où et comment acheter en circuit court ? Nous allons vous aider à trouver ces réponses à ses questions, et des solutions autour de Vernon !

Un circuit court, c'est quoi ?

On peut parler de circuit court quand on achète directement aux producteurs ou qu’il n’y a qu’un intermédiaire maximum entre le producteur et le consommateur. Ce mode de consommation a plusieurs avantages. Il nous offre une meilleure traçabilité sur les modes de production utilisés, et donc sur la qualité de ce que nous achetons. Il permet également de consommer principalement des produits provenant d’un périmètre limité et toujours de saison.  Et il valorise les agriculteurs …  

Les produits alimentaires sont les plus concernés par les circuits courts. Mais aujourd’hui, il est possible de trouver beaucoup d’autres produits, même juste à coté de chez nous !!!

Connaître le producteur pour savoir ce que l'on achète et consomme

Pour nous chez L z’M, la première raison de choisir ce mode d’approvisionnement est d’acheter en toute confiance. Pour cela, les circuits courts c’est vraiment l’idéal. Ils nous permettent de connaître le producteur ou le fabricant du produit acheté. On peut poser des questions sur les produits utilisés ou demander des conseils pour cuisiner les légumes que l’on n’a pas l’habitude de consommer.

On découvre des gens passionnés, généreux et professionnels, qui ont envie de partager leur connaissance, de parler de leur métier et qui participent à changer le monde.
Les circuits courts permettent de valoriser au mieux ces hommes et ces femmes, en leur garantissant des prix de vente à la hauteur de leurs efforts et de leurs engagements et en remettant les relations humaines au cœur de nos achats. Avec les circuits courts, on ne se contente pas de “bonjour”, “merci”, “au revoir” à la caisse. 

 

du champ à l'assiette

On est également sûr de ne pas participer à l’emploi d’immigrés pour la plupart sans papier dans des conditions indignes dans les grandes exploitations de productions telles que celles qu’on peut trouver en Espagne (et qui produisent également des produits bio). Mieux, on participe parfois à la réinsertion professionnelle, comme à La Grange aux légumes à Gaillon.

La plupart des producteurs vendant en circuit court ont choisi une agriculture biologique ou raisonnée, on mange donc plus sain et de saison !
Cela ne laisse aucun doute sur la composition des produits, la nocivité des additifs, la provenance des produits…Les produits ont eu le temps nécessaire pour pousser, la nature est respectée et le goût n’est pas comparable.

Manger local et de saison pour limiter notre empreinte carbone

Les supermarchés nous ont donné la mauvaise habitude de pouvoir acheter des fraises en décembre. Ainsi que de consommer des légumes et fruits qui parcourent des milliers de kilomètres avant de se retrouver dans nos assiettes. Alors comment faire pour revenir en arrière ???

Pour les fruits exotiques, soit on s’en passe, soit on les importe, mais par bateau et à petites doses. Mais pourquoi acheter des carottes qui viennent d’Espagne  alors qu’il y a un producteur à moins de 10km de chez moi ?
Et pourquoi vouloir absolument des tomates en hiver alors que c’est contre nature. La nature étant bien faite, elle nous fournit des produits adaptés à nos besoins : des légumes riches en nutriments en hiver (poireaux, choux navets) et des fruits gorgés d’eau en été (melon, tomates, courgettes).

De plus, il faut savoir qu’une tomate produite en été, consomme 10 à 20 fois moins d’énergie que lorsqu’elle est produite en hiver.
Le chauffage des serres sous lesquelles poussent les légumes/fruits hors saison, est grand consommateur de gaz, fuel et charbon, pour chauffer de l’eau à 80°C qui circulent ensuite dans des tuyaux à l’intérieur des serres. Une serre consomme en moyenne 297 kWh/m2/an. Si on prend une exploitation de 1 hectare (les exploitations espagnoles font entre 2 et 5 hectares) cela fait 2 970 MWh/an  soit plus de la puissance totale de la centrale de Porcheville !!

Et le transport ?
Il faut savoir qu’un fruit importé hors saison par avion consomme pour son transport 10 à 20 fois plus de pétrole que le même produit localement. Pour vous rendre compte, vous pouvez découvrir le parcours d’une tomate produite en Espagne et vendue en supermarché.
Il faut également ajouter au transport le stockage (dans des conditions thermiques qui conviennent aux produits)

Acheter local, c’est aussi limité les déchets, les légumes sont mis directement dans notre panier. Il peut y avoir des consignes pour certains produits

Où trouver des produits en circuits courts ?

  • Les marchés :
    – Des producteurs locaux sont présents sur le marché de Vernon les mercredis et samedis matins
    – Marché fermier à Ecos les premiers samedis de chaque mois
  • Vous pouvez vous rendre directement sur des lieux de productions (liste loin d’être exhaustive !!) :
    – Les paniers du mercredi pour la ferme des Passages de Bois Jérôme Saint Ouen, vente le vendredi soir et le samedi matin Joris propose également des paniers  à commander et à récupérer le mercredi à 19h
    La ferme des Brières à Noyers  vente à la ferme le vendredi de 14h à 19h30
    La ferme de l’Ecoufle, où vous pouvez voir les volailles gambader !! Vente à la ferme du lundi au vendredi de 9h à 12h
    La ferme de la Sablonnière à Douains 
    Le Moulin d’Auguste aux Andelys, magasin à l’usine ouvert les lundis et mardis de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00 et le mercredi de 8h30 à 12h00 

Mais également pour le non alimentaire de nombreux magasins tels que Miss & compagnie à Vernon, les salons de créateurs…

Partager cet article